Depuis quelque temps je me proposais d'aller dans l'Atacama pour chercher des météorites. Bien évidemment, ce n'est pas avec un tour organisé que l'on peut faire cela, c'est la raison du 4x4, mais aussi, beaucoup à pied!
Un nouveau voyage est toujours dans mes intentions, des personnes intéressées par une expédition d'une quinzaine de jours, peuvent se mettre en relation avec moi. Me contacter.

Toutes les photos de cette page sont cliquables, et ouvrent une fenêtre plus grande, c'est une fonction Javascript. Ces pages sont optimisées pour un affichage en 1024x768 mais mon superviseur a pensé à ceux qui sont restés en 800x600. Les images sont recalculées mais l'affichage plein écran (F11) est recommandé!

Dans l'Atacama en 2007

que voilà un camp...de base!

Volcan des Andes dans le soleil couchant

Et nous revoilà dans les airs, survolant la Cordillère et ses volcans enneigés.

Tout commence et tout fini à San Pedro de Atacama. Voici la rue de l'hotel que je me permets de recommander: le Laskar (publicité gratuite). Il n'est pas très cher (en 2015: 10000 en dortoir et 32000 en chambre individuelle avec toilettes), il n'est pas très loin du centre ville (mais peut-on en être loin?)
On peut louer un 4x4 ici ou à Calama. Les deux formules ont chacune des avantages et des inconvénients, je ne saurais en recommander une plutôt que l'autre. Calama est plus central et il doit y avoir plus de choix alors...

San pedro, au loin le Licancabour.

 

 

Cliquer pour agrandir,

C'est ici que ça va se passer. On choisira des endroits le plus déserts possibles et sans cailloux noirs puisque c'est ce qu'on recherche.

Et voilà ce qu'il faut éviter, les cailloux noirs et la mine de cuivre (les mines tout court aussi!). Le problème avec l'Atacama, c'est que, bien que très désertique, ce n'est pas très désert. Beaucoup de traces et les géologues ont du passer un peu car la région est un bloc de cuivre et la prospection doit bien marcher.

Une mine de cuivre, au loin.

 

 

 

Ouvre l'oeil, camarade

C'est parti, le véhicule est posé dans un coin et on cherche à pied. Etant donné le nombre de traces, j'ai pris l'option de prospecter dans des endroits qui me semblent vierges. Les seuls dans cette région, sont ceux qui sont inaccessibles (?) aux 4x4 donc les collines un peu escarpées et où on ne voit guère de traces, c'est rare!

De belles pistes (hélas!) sillonnent le désert. Elles ne sont pas faites pour nous mais pour la desserte des mines. Elles permettent d'atteindre facilement et rapidement un lieu choisi, c'est aussi un inconvénient dans la mesure où les endroits inexplorés donc susceptibles de receler des météorites sont rares.

Belle piste pour changer d'air.

 

Prise d'eau dans le salar.

Cet endroit, nous l'avons bien vu puisque c'est ici que le 4x4 a décidé de se reposer. Quand on peut éviter les véhicules gérés par calculateur et autres gadgets, il faut le faire. Quand un engin comme ça tombe en carafe et qu'on soulève le capot, et ben! on s'aperçoit tout de suite, après avoir vu les 45000 fils qui sortent du calculateur, que ça va pas être simple! Bien sûr, on essaie de voir si un fusible ne serait pas mort, on regarde si le carburant arrive, on nettoie le filtre plein d'espoir (et de poussières) mais il faut bien admettre que seul, un garagiste équipé des instruments adéquates parviendra à convaincre cette tête de mule électronique.

Alors??? D'abord l'endroit, c'est un trou dans la croûte du salar (lac salé recouvert d'une croûte de sel). On voit ici son épaisseur qui permet aux camions de rouler dessus sans problèmes, eux. Ce trou est utilisé pour pomper la saumure et ensuite l'étendre sur les pistes. En séchant cela forme un revêtement de très bonne qualité. Donc de temps en temps, on a la visite d'un camion citerne assoiffé. Ce camion ainsi que tous les autres, est conduit par des hommes d'une valeur humaine extraordinaire. La façon dont tous ces routiers nous ont aidé est indescriptible. Avec leur CB, ils ont appelé le bureau de la mine la plus proche, qui a appelé la loueuse, plusieurs fois et sont revenus nous donner des nouvelles... Muchas gracias amigos conductores, nunca olbidaré vosotros y si un dia puedo ayudar un chileno, yo harélo con mucho placer.

 

 

Peut même pas se mettre sur un oeuf d'autruche!

Quand on vous dit que ça fait de belles routes, la preuve. Quant au sel, c'est vraiment du GROS sel. Regardez la croûte à côté de la route, pas vraiment roulant!

Un beau cristal.

Vraiment du gros sel!

Monturaqui

Et on retourne à Monturaqui on ne s'en lasse pas, c'est vraiment un cratère à taille "humaine".
Bien sûr, on continue à chercher mais on sent bien que ça devient vraiment râpé!

 

Le cratère de Monturaqui vu dans Google map deux images recollées pouravoir tous les détails.
Le flou sur le côté, ce n'est pas quequ'un qui a mis son doigt devant mais parce que la zone de basse définition passe juste là! Il était temps! C'est extraordinaire comme on voit bien les tas de cailloux et le trou du sondage.

Salar de San Pedro

Oui, vraiment! On remonte vers San Pedro en passant à l'Est du salar. Ces plantes s'accomodent bien du sel!

Vers les photos correspondantes

Et mes albums Picasa

Dans la pampa du salpêtre
2ème page de ce voyage au Chili

La voile - Les météorites - Voyage au Chili - Le camping-car