L'impact a lieu à des vitesses de l'ordre de une à plusieurs dizaines de kilomètres par seconde et va modifier plus ou moins le milieu terrestre.
Les impactites
Brèche de Chassenon

On imagine très bien qu'une grosse météorite aura plus d'effet qu'une petite. Les énergies en jeu sont phénoménales et aligner des zéros pour donner des valeurs a peu d'intérêt, sauf pour un spécialiste qui trouvera son bonheur sur des sites de spécialistes justement.

Pour des corps dont les dimensions sont de l'ordre de la dizaine de mètres, l'effet se fera sentir surtout sur la météorite elle-même. Pour des dimensions supérieures on aura un "simple" cratère mais des dimensions kilométriques engendrent des phénomènes beaucoup plus graves et qui peuvent être planétaires (formation de la Lune, disparition des dinosaures....)

Brèche de Montoume

La météorite de Rochechouart est estimée avoir une dimension de 1,5 km, une vitesse de 20 km/s, une énergie libérée de 14 millions celle d'Hiroshima, pénétré jusqu'à 6 km, vaporisé 13 km3 de roches et fondu 66 km3. Un tel évènement a rayé toute vie sur un rayon de 200km. Le fait que l'endroit s'appelle Rochechouart n'a rien à voir avec cela, les gazettes de l'époque n'en ont pas parlé puisque cela a eu lieu il y a 200 millions d'années.

Tout en haut de la page, on peut voir un fragment de brèche. On trouve bien des morceaux de roche cassée dans un verre. Elle est du type Chassenon.

A gauche, la même chose mais la couleur rouge est due à un enrichissement en fer par la météorite. Elle est de type Montoume. Chassenon et Montoume, du nom des villages où elles ont été découvertes.

Deux secondes après avoir abordé l'atmosphère, la météorite touche le sol. La surface terrestre commence à fondre et des larmes de verre sont expulsées à des centaines de kilomètres, deux dixièmes de secondes plus tard, la météorite se sublime, des matériaux sont éjectés tout autour du cratère pendant deux secondes puis retombent et se mélangent avec la roche fondue et vont former de la brèche. Le socle fortement comprimé se détend et forme un piton central comme on peut en voir sur la lune. Dix minutes plus tard tout est fini, l'érosion pourra commencer son travail et aujourd'hui, on ne voit plus rien de cette structure.

 

A droite, une moldavite, goutte de verre éjectée dans les premiers instants de l'impact. Elle a adopté cette forme effilée lors de son passage dans l'air. A l'arrivée, elle était suffisamment refroidie pour la conserver.

Moldavite
Zipplingen

Suévite provenant de la carrière de Zipplingen, dans le cratère du Ries. C'est une brèche de retombée, assez friable. Comme toujours, on voit des éclats de roches dans une matrice compactée.

A comparer avec une Howardite.

Météorite bréchique

Des impacts avec fusion et collage peuvent aussi avoir lieu dans l'espace. Témoin cette coupe d'une météorite dite bréchique. Il s'agit d'une "Jalu" et on voit bien la zone noire correspondant à la soudure par choc.

 

En Egypte, une météorite a fondu le sable, le transformant en verre appelé: verre libyque. Les hommes préhistoriques l'ont taillé, comme le silex, pour en faire des outils comme cette pointe de flèche.
Pointe de flèche en verre libyque.
cristobalite
Longtemps, ce verre a eu une origine mystérieuse .La présence d'iridium et d'enstatite (MgSiO3) a fortement conforté l'hypothèse extra-terrestre. Ce silicate se forme si la roche a été soumise à une contrainte de 20 Gpa, une pression telle que seul un impact météoritique permet d'atteindre.
On note aussi des grains de cristobalite, signalés par les flèches. Un très intéressant article sur le site de Geopolis.
Verre libyque
Verre libyque
Retour au début
Aller au projet météorites

La voile - Le plan du site - Voyage au Chili - Le camping-car